Fanny

Salut la compagnie, 

Voici les nouvelles de Mada! 

Salama tsara  (ça va bien)! Et oui je progresse en malgache, je me débrouille de mieux en mieux. Le problème, c'est que je ne comprends toujours pas très bien alors dès que je dis quelques mots, les personnes commencent à débiter leurs discours et je suis vite perdue. J'ai toujours besoin d'être assistée de mes collègues pour les consultations! Elles parlent bien français et me traduisent.

 

Au dispensaire, ça va bien , nous avons eu encore quelques accouchements au début de ce mois et c'est calme depuis 2 semaines, même la pleine lune la semaine dernière n'a pas amené de femmes en travail jusqu'à nous. Mes collègues expliquent que nous rentrons dans la "période de sous durs": les cultures ont commencé, le prix du riz récolté l'année dernière augmente encore (il en reste peu, en plus la culture de riz de l'année dernière a été mauvaise à cause d'un cyclone). Les gens ont besoin d'argent pour acheter des semences, le travail au champ est intense, mais ils ont moins d'argent pour se nourrir, ils ont déjà vendu ou mangé toute leur récolte de l'année dernière. Cette période de sous durs va durer jusque vers mars lors de la prochaine récolte de riz. D'ici là, les gens ont peu d'argent, viennent peu consulter et préfèrent accoucher avec des matrones, ça leur coûte moins cher même s'il y a plus de risque de complications.

Un nouveau médecin a commencé. Malheureusement l'ancienne doctoresse depuis le décès de son mari n'est plus revenue à Antsirabe, elle restera avec ses filles à la capitale dorénavant. Le nouveau médecin est un médecin qui vient d'entrer en retraite à 60 ans, ils est motivé à faire plusieurs actions de prévention sur la nutrition, les IST et autres. On apprend à tous travailler ensemble. Pour l'instant la collaboration est bonne!  

La pluie salvatrice est encore très timide... il a plu un petit peu mais c'est encore très très sec. A la ferme, nous avons commencé à planter du riz pluvial : une personne passe une "rayonneuse " lourd engin à tirer pour faire les lignes, une autre met les paddys  (riz non décortiqué), une autre autre recouvre de fumier et une dernière recouvre de terre. Le même schéma de travail sur 3 ha!  On n’a pas encore fini :)  sinon ceux qui possèdent des rizières, ils ont déjà planté leur riz dans des pépinières, attendu 3 semaines et ils l’ont repiqué en lignes dans une autre rizière. Les pépinières sont vertes éclatantes, ça contraste bien avec le brun brûle du reste du paysage ! 

Et les campagnes électorales se poursuivent. 36 candidats se disputent et dépensent des millions pour leur campagne alors que des millions de malgaches sont dénutrits!  Où est la logique svp?  Si vous trouvez la réponse, je serai heureuse de l'entendre ! 

La population est fâchée et déçue, elle l'exprime par des feux de brousse, chaque jour des hectares de forêt partent en fumée pour exprimer le mécontentement des malgaches envers leur gouvernement. Tous les candidats promettent la même chose : plus de misère, plus de corruption, du travail et à manger pour tous mais personne n'y croit! Alors ils achètent les votes des gens en donnant des tshirts et de l'argent. 

Depuis que le dernier président a démissionné en juin pour s'inscrire lui aussi sur la liste électorale, tout est permis: la corruption bat son plein, les crimes en tout genre sont fréquents et la population craint cette insécurité. 

Quelle chance j'ai eu de naître en Suisse! Quelqu’un peut-il me dire qui je peux remercier pour avoir fait naître mon âme à Lausanne et pas à Antsirabe? Et pourquoi moi je suis née en Suisse et Christina (mère de 3 enfants, habitant dans un des quartiers les plus pauvres d’Antsirabe, mari décédé d'un coma éthylique, fait des lessives pour gagner de l'argent, mange un repas par jour si tout va bien, et me raconte sa vie avec le sourire) à Antsirabe?  Qui décide de ça ? Cette question m'occupe l'esprit pendant mes longues heures d'arrosage et travail au champ.

Le vendredi après-midi,  j'accompagne désormais Soeur Eliane, faisant partie d'une congrégation des Soeurs de l'évangile, dans un quartier défavorisé. Elle est infirmière. Elle habite dans le quartier où l'association Zazakely finance une école et une cantine scolaire, elle fait des activités de prévention sur la santé à l'école et les vendredis après midi elle se rend dans les familles pour rappeler l'importance de l'hygiène, alimentation, le sommeil et l'éducation des enfants. Nous avons commencé à faire le tour des familles il y a 2 semaines. Nous en avons rencontré 6. Soeur Eliane dit qu'elle comprend pourquoi les enfants arrivent sales et affamés a l'école, c'est difficile de rappeler aux parents l'importance de l'hygiène et de l'alimentation en voyant les conditions dans lesquelles ils vivent : des pièces minuscules qui servent de chambre, cuisine, salon et basse court  en même temps,  des toits perméables (à la saison des pluies tout est mouillé en permanence ), des habits usés par le temps et peu chauds pour l'hiver frais des Hauts Plateaux. Tous les enfants ont le rhume. Les parents travaillent comme ils y peuvent mais il y a peu de travail, les hommes tirent les pousse pousse ou fabriquent des briques, les femmes font des lessives ou vendent des sachets plastiques dans les épiceries. Certains ont aussi juste laisser tomber et jouent aux cartes en buvant du toca gas  (alcool de canne à sucre). Ils mangent parfois un repas parfois 2 repas par jour. Et moi, jeune vaza riche je suis sensée leur rappeler que leurs enfants doivent aller à l'école c'est important pour le développement de leur pays, ils doivent être propres et manger 3 repas par jours riches en calcium et protéines!  Et bah, je l'avoue je ne fais pas la maline!  Mais essaie quand même de faire passer le message ! Soeur Eliane arrive à créer un beau lien avec eux, ils ont confiance en elle et confient beaucoup de choses sur leur vie. 

Nous avons rencontré une jeune fille de 19 ans enceinte de son deuxième enfant.  J'ai voulu savoir comment sa grossesse se déroulait si elle faisait un suivi, où elle allait accoucher....elle est enceinte de 8 mois, n'a bien sûr fait aucune suivi, vu comme elle est mince n'a sûrement pas ou peu pris de poids en.puisant dans des réserves. Soeur Eliane hésite à me traduire sa dernière phrase, j'insiste: au moment de l’accouchement, elle appellera  la matronne si elle vient tant mieux si elle ne vient pas tant pis,  elle laissera mourir l'enfant, de toute façon ça fait une bouche de plus à nourrir et il y en aura sûrement d'autres!  Mais comment elle en est arrivé là ? Comment le monde en est arrivé là ? Comment faire pour changer le monde et redonner goût à la vie de cette jeune fille ?

Nous parlons aussi de contraception, ici la religion catholique omniprésente l'interdit mais le gouvernent donne gratuitement la pilule, l'implant et les injections d'hormones. Soeur Eliane malgré ses croyances promeut la contraception. Elle insiste auprès des jeunes femmes d'aller faire la file dans la hôpitaux publics pour en recevoir mais peu y vont.

Le lundi matin, je l'accompagne à la prison, elle fait les consultations pour le quartier des femmes. Elle m'a demandé de l'accompagner car c'est nouveau pour elle et elle n'est pas toujours sur de ses diagnostics et prescriptions. Alors elle souhaite assembler nos savoirs pour améliorer ses prestations. J'ai accepté sans réaliser dans quoi j'allais mettre les pieds : des locaux minuscules, insalubres, bruyants séparés en 3 quartiers : les mineurs , les femmes et les hommes. Mais ce sont des Humains, de quel droit on les entasse comme des animaux ? Parce qu'ils ont commis un crime?  C'est une raison pour ça ? NON!  mais encore une fois le gouvernement manque d'argent pour financer ce genre de lieux alors que je le rappelle 36 candidats dépensent des millions pour leur campagne électorale.

Bref, nous entrons donc dans le quartier des femmes, il y a des petits enfants aussi qui restent avec leur maman,  tout le monde est occupé: cuisiner (elles doivent cuisiner et se trouver elles mêmes leur nourriture), faire la lessive (la leur et celle des gardiens pour se faire un peu d'argent), broder  (les Soeurs leur donnent du travail et les paient en fin de semaine ), allaiter leur bébé,.... là vivent 57 femmes et une dizaine d'enfants dans peut être 20m sur 10m!  Ah et un deuxième étage de 5m sur 10. La cuisine est à côté des latrines. Elles dorment entassées sur des planches. La peste et la tuberculose sont monnaie courante. Et Soeur Eliane arrive avec le sourire, elle n'a pas oublié des petits biscuits pour les enfants, encore une fois les femmes ont confiance en elle et leur racontent leur vie. Elle sait mettre tout le monde à l'aise et on voit que les femmes sont contentes de la voir ! Nous commençons donc les consultations : grippe, maux de tête,....et aussi juste besoin de parler. 

Soeur Eliane garde le moral, elle dit que chaque bonne action qu'elle fait changera un jour le monde. Nous parlons longuement ensemble après nos visites de familles et à la prison. Nous avons besoin de vider notre sac. Nous cherchons des solutions ensemble mais sommes vite limitées par le petit pouvoir que nous avons.  Finalement notre sourire et notre écoute sont nos meilleures armes mais vont ils nous aider à changer le monde ? 

Pourquoi les colons ont détruit les ethnies et pillé leurs richesses? Pourquoi nous continuons à piller leur richesses et à envoyer des aides humanitaires pour nous faire pardonner ? Quel est le but à tout ça ?Que les riches deviennent toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres ? Mais pourquoi ? Comment inverser l'ordre des choses ? De ce que je vois du travail humanitaire ce n'est pas forcément aidant car les gens ont adopté une mentalité d'attente : attendre qu'on leur donne à manger, qu'on les soigne, qu'on les éduque, .... mais il faut leur rendre leur richesse, qu'ils deviennent autonomes!  Mais comment faire avec des politiciens pareils et autant de corruption?  Comment agir ? Je ne sais pas . Ces questions je me les posais déjà bien avant mon arrivée ici, je pensais que ce voyage apporterait des réponses mais en fait il ne fait que me présenter la complexité de la situation mais pas de réponse.

bon, sinon à part me prendre la tête avec les grandes Questions de la vie, je m'amuse aussi. J'ai rencontré d'autres vaza qui travaillent ici. Je suis logée dans une coloc le we, nous faisons la fête ça fait du bien de se changer les idées. Je suis aussi souvent partie marcher, les panoramas sont beaux sur les Hauts Plateaux il y a de belles randonnées à faire!  

Le marché se remplit de fruits : déjà de délicieux ananas et mangues ! Je me régale ! 

Il y a quand même du positif, et comme je l'ai dit au début de ce mail : salama tsara!  

Et j'ai eu une longue phase d'observation et maintenant je rentre dans la phase action. Au dispensaire, nous allons organiser un projet nutrition, il y a une document en annexe qui explique tout ça ! Et à la prison nous avons demandé un plan d'aménagement pour une pièce plus grande et adaptée aux mamans qui sont emprisonnées avec leur enfant et aussi aménagé une cuisine loin des latrines.

Je sais que je viens de dire que je souhaite que Madagascar devienne autonome de tout aide étrangère, mais pourtant pour ces deux projets nous cherchons des fonds pour les réaliser. Le dispensaire fonctionne presque sans aide de la Suisse ,mais pour des projets autres c'est difficile de financer lui même.

 

Alors voilà je fais appel à vos dons, si vous avez envie d'aider voici les coordonnées du compte de l'association : 

CHF: CH96 8044 5000 0047 4091 1

€: CH98 8044  5000 0047 4097 2

Zazakely Suisse 

sur ville 9 

1136 Bussy-Chardonnay 

comme motif vous pouvez inscrire : projet nutrition  Fiadanantsoa 

 

Et n’hésitez pas à visiter leur site internet - www.zazakelysuisse.ch

Merci d'avance ! 

A tout bientôt ;) 

Fanny

Contact

Association Zazakelysuisse
Sur Ville 9
CH - 1136 Bussy-Chardonnay

info[at]zazakelysuisse.ch

IBAN CH96 8044 5000 0047 4091 1/CHF

IBAN CH98 8044 5000 0047 4097 2/€

Newsletter