Chiara

Pour avoir une petite idée de ce qu'il se passe à l'association au quotidien, voilà deux petits textes qui l'expliquent... le premier concerne Mahazine et le second Fiadanantsoa. 

 

Une journée à Mahazine, janvier 2019 

La journée débute aux alentours de 8h30, au retentissement du sifflet de l’enseignant Rhodin. Les enfants se regroupent dans la cours et forment des colonnes qui correspondent aux âges/classes des élèves. Devant eux, se placent les 3 enseignants (Mme  Noro, Mme Nirina et Monsieur Rhodin) ainsi que le directeur, Monsieur Jean-René. Ces derniers prononcent quelques mots d’introduction et font faire aux enfants quelques exercices  physique ou oraux. Une fois le rituel matinal achevé, les enfants se rendent tous rapidement aux toilettes et se brossent les dents avant de rejoindre leur classe. Il est alors près de 9 heures.  

La matinée se déroule en deux partie, séparées par une pause aux alentours de 10 heures. Durant chacune d’entre elles, le professeur apprend aux enfants le malgache, le français et les maths, principalement. Parfois, le professeur prend également un peu de temps sur la période de cours pour sensibiliser les enfants à  l’hygiène notamment.  

La matinée s’achève à 11 heures 30, alors que les maternelles finissent une demie heure avant. Il s’agit donc d’un moment pour manger et pour se défouler. Le repas est cuisiné sur place par deux cuisiniers (Mme Henriette et Monsieur Clément). Les enfants font la file devant la cuisine, récupèrent leur assiette et s’en vont manger dans le réfectoire . Le plat servit est principalement du riz et des légumes, cependant, selon les jours, de la viande ou des oeufs sont ajoutés. 

Pendant la pause, les enfants restent généralement jouer sur le terrain de foot de l’école, à divers jeux, comme le foot, le loup ou  des jeux plus traditionnels. 

À 14 heures, les cours reprennent. Mais les élèves ont changé. Les enfants ne passent qu’une demie journée à l’association. La seconde partie de la journée ils suivent les cours à l’EPP. Les enseignants continuent leur programme, selon la matière et le niveau des classes. Mais les après-midi sont consacrés à d’autres activités également, en parallèle. C’est le cas de la prévention hygiénique/contraception/… le mercredi après-midi, avec  l’intervention de la soeur Eliane. Ou encore du ménage, le vendredi après-midi, lors de la dernière période de classe.

Les maternelles achèvent leur journée scolaire à 16 heures, alors que les plus grands terminent à 16 heures 30. 

Durant l’ensemble de la journée, une aide à l’ensiegnante est présente (Mme Oli), la spiruline est produite par Mme Mampiandra et Monsieur Jean-Baptiste, tandis que le site est protégé par Monsieur Honoré. 

 

 

Une journée à Fiadananatsoa, janvier 2019 

Le dispensaire ouvre ses portes à 8 heures. Les habitants des Fouctans environs ont la possibilité de consulter gratuitement un médecin, Michel, ou une sage femme, Aina, selon leur besoins. À leur arrivée, ils s’installent sur un banc entre l’accueil et les salles de consultations et attendent leur tour. À la fin de leur entretien, les patients retournent à l’accueil chercher les médicaments qui leur ont été prescrits. Les médicaments sont donnés à la pièce, afin de ne pas les utiliser à mauvais escient, de ne pas gaspiller et de faire économiser les  malades. Il s’agit alors de leur participation financiaire au dispensaire. 

Ainsi se déroulent les rendez-vous médicaux et la prise de médicaments jusqu’à 11 heures, avec en moyenne 5 patients par matinées. 

À la maternité, les mères ont la possibilité de venir jour et nuit accoucher, dans une salle appropriée. La sage femme qui travaille pour  les soins prénataux la journée est également présente sur place la nuit en cas de besoin. Une fois l’accouchement terminé, les femmes et leur enfant restent une douzaine d’heures allongés dans une pièce qui leur est destinés. La moyenne par mois et de 6 accouchements. 

Lorsque des accouchements ne se passent pas bien, ou que des soins plus poussés sont nécessaires, une voiture est disponible afin de faciliter le trajets des patients jusqu’à un hôpital en ville. 

Pendant ce temps, les journaliers travaillent dans les champs afin d’entretenir les récoltes. En ce moment, leur travail était de cercler le riz, c’est à dire retirer toutes les mauvaises herbes qui envahissent les champs. Lorsqu’ils ne s’occupent pas du riz, ils se préoccupent des autres cultures, comme les haricots, les pommes de terre, le maïs ou le magnoc. 

Souvent, un des 4 journaliers reste à la ferme afin de prendre soins des animaux: poules, vaches, cochons, zébus,… 

Leur journée débute aux alentours de 7 heures. Leur pause de midi, de 11 heures à 14 heures leur permet de rentrer chez eux afin de manger. Si le temps le permets, ils reviennent travailler l’après-midi, jusqu’à 16 heures. Cependant, lors de la saison des pluies, les violentes averses les empêchent de rester aux champs. Dans ce cas, ils restent chez eux mais rattrapent leur temps plus tôt le matin, par exemple. 

Du côté enseignement, les choses se remettent en place. Quelques inscriptions ont été données et de nombreuses affiches ont été placardées dans les fouctans alentours pour encourager les jeunes à se rendre à Fiadananatsoa pour commencer un apprentissage. La nouvelle vague d’apprentis débutera fin janvier, avec une nouvelle formatrice, Alice, qui se prépare déjà à assurer son poste. 

Finalement, le site est protégé jours et nuits par un gardien. 

 

 

 

Contact

Association Zazakelysuisse
Sur Ville 9
CH - 1136 Bussy-Chardonnay

info[at]zazakelysuisse.ch

IBAN CH96 8044 5000 0047 4091 1/CHF

IBAN CH98 8044 5000 0047 4097 2/€

Newsletter

Partenaires